La créatrice de la semaine: Cécile Auclair

Mis à jour : janv. 28

Aujourd'hui c'est au tour de Cécile dont l’histoire je l’espère, inspirera beaucoup d’entre vous. C’est dans les locaux de Chambray-Lès-Tours, lieu de son futur drive zéro déchet qu’elle me reçoit. A un mois et demi de l’ouverture, elle et son mari Nolwen se préparent à recevoir en entretien les personnes qui ont candidaté pour donner vie à ce beau projet.

https://www.facebook.com/ledrivedubonsens/

La vocation de se rendre utile

Originaire de Montluçon, Cécile sait dès la primaire 🏫 qu’elle a envie de faire un métier où elle pourra aider les autres. Elle envisage le métier d’infirmière générale 💉 pour pouvoir acquérir des connaissances dans différents domaines; elle a toujours aimé apprendre. Polie et timide, elle a cependant un côté rebelle nourri par sa soif de justice ⚖. Le fait de rester assise ne lui convient pas forcément, elle a besoin d’être active physiquement. Après l’obtention de son bac SMS, elle intègre l’IFSI (l’école d’infirmière) à Ussel en Corrèze. C’est une formation où elle s’épanouie complètement.

Diplômée, découverte de la réalité du métier

🔸Cécile suit son conjoint, Nolwen, à Tours où elle va intégrer rapidement l’Hospitalisation à Domicile 🛌. Elle prend conscience des responsabilités qui lui sont incombées, des failles de l’accès aux soins de notre système de santé, de certaines vies où le sort semble s’acharner où d’autres problématiques s’ajoutent à la maladie. La vision de ce métier qu’elle avait enfant de l’infirmière respectée dans son métier et qui peut à chaque fois soulager la douleur du patient en prend un coup.

🔹A la naissance de son fils👶, elle passe en coordination. C’est un soulagement physique et moral mais de courte durée : en charge de l’évaluation du dossier du patient pour une possible prise en charge, elle se retrouve frustrée très régulièrement.

👉 Je cite : « Tu ne peux pas faire plus même avec une volonté de fer »

🔸Au bout de deux ans, elle arrête et intègre un prestataire de santé à domicile. Son rôle est central, elle fait la passerelle entre l’hôpital et la maison du patient. Cette expérience vécue comme une étape de transition, contribue lentement au deuil du métier. Au bout d’un an et demi, elle prend conscience et est maintenant sûre du fait qu’elle ne peut plus s’occuper de patients en fin de vie. D’un commun accord avec son employeur, son contrat prend fin.

🔹Avec du recul, Cécile analyse cette situation comme le fait qu’elle ne s’est jamais vraiment sentie à sa place, que ce métier n’est peut-être pas fait pour elle. Lorsque vos parents se sont investis dans vos études notamment financièrement, la peur de les décevoir est un poids qui peut être difficile à gérer.

Premier semestre 2019, la réflexion.

📌Dès le mois de janvier, elle s’inscrit à Pôle Emploi. Sa conseillère lui prescrit un accompagnement « Activ’ Projet » qu’elle suit avec Retravailler dans l’Ouest. La personne qui l’accompagne la pousse à réfléchir, à se poser des questions sur ce qu’elle aime faire au quotidien, ses centres d’intérêt, ses valeurs, conditions de travail qu’elle recherche, …

Les réponses qui viennent pour décrire ses goûts sont la cuisine 🍽, la pâtisserie🍩, la démarche zéro déchet.

📌Elle envisage de passer un CAP Pâtisserie mais finalement ce n’est pas la bonne voie.

La vente de gâteaux type sablés est possible, seulement cela restreint significativement la possibilité d’en vivre. Elle revient vers sa démarche zéro déchet, et fait le constat qu’il y a déjà beaucoup d’épiceries vrac. Elle trouve que l’épicerie ambulante vrac est une bonne initiative et poursuit un accompagnement toujours avec Retravailler dans l’Ouest nommé « Activ’ Créa » qui permet de travailler l’idée.

Second semestre 2019, la formalisation du projet.

🔸Elle rencontre Valérie, à l’origine de Tour ’n Vrac et réalise que le concept du camion ne lui correspond pas. C’est à force de se renseigner et de réfléchir à ses propres habitudes et besoins, que l’idée lui vient :

Ouvrir le premier drive zéro déchet d’Indre et Loire.

Elle est elle-même fan du concept, elle adore gagner du temps sur des tâches du quotidien pour profiter de vrais bons moments avec les autres comme cuisiner en famille par exemple.

En tant que maman de deux enfants en bas âge, elle sait qu’il n’est pas toujours évident de trouver le temps de proposer des produits sains, de préférence locaux et d’innover dans les repas. Elle décrit la démarche du tendre vers le zéro déchet, comme une découverte culinaire, une exploration de nouvelles saveurs et un moyen de transmettre à ses enfants des valeurs écologiques.

🔹Elle intègre en septembre 2019, la formation 245H proposée par la Chambre des Métiers et de l’Artisanat. Le groupe est composé de 16 personnes qui contribue à des échanges enrichissants. L’accompagnement aide à l’élaboration du business plan. Un mois plus tard, elle trouve son local.

🔸En novembre 2019, elle estime avoir profondément évolué. Elle passe de la vision d’une porteuse de projet à celle d’une cheffe d’entreprise. Elle se sent prête à démarcher les banques, à finaliser son choix de fournisseurs, à mettre en place une démarche de financement participatif.

A mi-janvier 2020, elle démarre le recrutement (elle a reçu plus de 50 cv!) pour l’ouverture prévue en mars.

Les atouts de Cécile

A travers cette création, Cécile a renoué avec elle-même. Elle a appris à :

🌀écouter son intuition afin de réaliser un projet qui lui plaise, qui lui ressemble et qu’elle ait envie de mener jusqu’au bout.

🗂à faire preuve d’organisation.

🔔informer les salariés sur les gestes et postures pour se préserver physiquement.

🕐à anticiper ce qui peut l’être.

🔎prendre le temps de chercher les informations nécessaires.

✅Le bonus : Nolwen est Sauveteur Secouriste du Travail. Il est associé avec Cécile et l’accompagne dans la vie de l’entreprise et son macro environnement.

Les conseils de Cécile pour se lancer

1- 🕵Chercher les informations, être curieux, rencontrer des nouvelles personnes. Pour cela, on en parle à son conseiller Pôle Emploi, sur les réseaux sociaux, il y a beaucoup d’évènements gratuits et ouverts à tous (demandeurs d’emplois comme salariés).

2- 💭 Si l’on peut, suivre une formation collective spécialisée sur la création d’entreprises. Les échanges de professionnels et des autres stagiaires vont vous permettre de faire évoluer votre projet, de vous poser les questions que vous ne vous êtes pas encore posés et de développer un réseau.

3- ❓Se poser la question : « Est-ce que je suis heureux ? », il y a évidemment des éléments que vous ne pouvez pas changer dans votre vie, par contre d’autres oui notamment sur le choix que vous souhaitez donner à votre vie professionnelle :

Et pour finir, voici sa phrase de conclusion qui la caractérise tellement bien :

« Je cherche ma voie, je me prends en main ! »
  • Facebook
  • Instagram
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now