La mythologie des trente ans ...






Ça y est je les ai!

Mes trente ans, le fameux bel âge où je deviens une femme épanouie professionnellement, amoureusement, maternellement, physiquement, vestimentairement, écologiquement,...(l'abus d'adverbes est nocif à la compréhension des phrases)

L'âge où si je n'ai pas d'enfant, je suis au moins enceinte d'un et où, si je crois la courbe de la fertilité dans la salle d'attente de ma gynécologue je suis à cinq ans du précipice!

Je me revois à quinze ans regarder "13 to 30" avec Jennifer Garner (oui elle était encore connue à cette époque là), on nous raconte l'histoire d'une ado mal dans sa peau qui grâce à de la poudre magique à paillettes va vivre une trentaine sexy et épanouie en apparence...

Alors voilà, je n'ai pas la vie que j'imaginais sûrement à cause de profondes évolutions sociétales telles que Tinder, la crise économique de 2008, la crise économique de 2020, Mcdo qui ne cesse d'ouvrir des "restaurants" à côté de chez moi, Netflix, l'élection de Donald Trump, etc.

Est-ce que je suis malheureuse ? Non et loin de là.

Est-ce que je suis frustrée? Parfois, oui. Mais pas pour des motifs qui vaut que l'on se prenne la tête.

Alors voilà, je me positionne maintenant en grand-mère feuillage et je vous propose ses 15 réflexions que je me fais sur la vie durant ma vingtaine...


1- Les piqûres intramusculaires, toujours demander ce que signifie un terme médical que tu ne comprends pas sur ton ordonnance, ça évite les moments gênants comme l'infirmière qui t'indique de baisser ton pantalon et toi qui ne comprends pas.


2- Une échographie pelvienne, pour les mêmes raisons que ci-dessus, c'est quand même un moment très étrange dans la vie d'une femme.


3- Un vrai ami, ça prête sa brosse à dents, un point c'est tout!


4- Si tu n'es pas bien sur ton lieu de travail, part. Aucun emploi ne vaut le coup de perdre sa santé mentale ou physique.


5- Si tu as l'impression de porter ton histoire, part. La sensation de toujours donner et de ne rien recevoir est usante.


6- Ne refuse pas un rapport sous prétexte que tu n'es pas épilé(e). Si ton partenaire refuse pour ce motif, laisse tomber.

Désolé chers parents si vous passez par là.


7- Les diplômes on s'en fout, mais la France avance à pas d'escargot là-dessus. À compétences égales, on te fera comprendre qu'il y en a un qui est resté en étude plus longtemps que toi alors c'est normal qu'il gagne un peu plus. Et moi je faisais quoi pendant ce temps-là? Ah oui, je travaillais...


8- Être belle/beau semble être un but dans la vie. Quand on regarde nos postes de dépenses liées aux vêtements, maquillages, crèmes, épilations, manucures,... et j'en passe je me dis qu'on reprend le contrôle de soi et de son portefeuille lorsque l'on refuse cette injonction. Je revendique le droit d'être has-been, d'être moche sans avoir à me justifier, les "Elle pourrait être mignonne si elle faisait un effort" commencent à me gaver. Pour dépasser cela, je me dis agis comme si tu étais déjà validée comme belle par la société. Mon porte-monnaie et mon moral me remercie.


9- Je trouve que les gens que j'aime (amies, amis, famille) sont beaux. Est-ce que la beauté est vraiment liée au physique ou est-ce liée à l'affection que l'on se porte?


10- Je n'ai toujours pas trouvé le moyen de dire ce que j'ai à dire sur le moment et je pense un temps parfois long sous ma douche pour pouvoir me refaire les scénarios où je trouve enfin les mots justes. L'intérêt? Aucun. Si quelqu'un a une solution, je prends.


11- Je ne m'excuse plus d'avancer plus lentement que les voitures lorsque je suis à vélo. Lorsque la route est à sens unique et qu'il n'y a pas de pistes cyclables, moins j'essaie de prendre de place sur la route, plus je manque de tomber sur le trottoir. Dans la vie c'est pareil, plus tu t'excuses de ta présence, moins on te respecte.


12- Aimer, c'est entendre péter l'autre et faire semblant de ne rien avoir entendu.


13- Aimer, c'est péter les boutons d'acnés de son chat.


14- Aimer, c'est finir les 200 derniers mètres d'une course avec une amie qui va finir sur les rotules.


15- Le seul regret que l'on peut avoir avec un défi, ce n'est pas de perdre, c'est de ne pas s'être mis à fond. J'ai longtemps fait les choses à moitié parce j'avais peur d'échouer même si je m'y étais mis pleinement.

Et vous quelles sont vos réflexions existentielles ?

  • Facebook
  • Instagram
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now