La germination

J'aurais pu commencer cet article par une belle citation que je me serais appropriée. Pour être honnête, cela fait depuis 9h40 (soit 1h45) que je réfléchis à la meilleure manière de débuter.

Je cherche de belles tournures de phrases, je tape, j'efface, je me dis que je suis nulle et pas légitime après tout.Expliquer pourquoi j'ai envie de créer, de me mettre à me compte est un cheminement personnel dont les motivations sont partagées par beaucoup. Finalement à travers cette difficulté de lancement de rédaction, je retiens quelques leçons de cette matinée peu productive:

1- Si je demande l'avis des autres avant de me lancer, je ne me lancerai jamais; en effet chacun va projeter ce qu'il aurait fait à ma place et rien ne me conviendra puisque je me dirais "Oui mais, çà n'est pas mon idée!" (Je consacrerai un prochain article sur ce fameux "Oui mais" que beaucoup d'entre nous utilisons)

2- Il y aura toujours une meilleure façon de faire, bien que la perfection n'existe pas. C'est d'ailleurs le propre de la vie d'être imparfaite et ceux sont ses imperfections qui la rendent intéressante.














Dans quelle forêt avez-vous le plus envie de vous promener? Celle de gauche est sans surprise, vous pouvez facilement voir ce qui arrive, ou celle de droite qui invite au mystère et à la découverte?


3- Bien que la réflexion soit importante, c'est quand même lorsque je réalise des actions concrètes que j'ai l'impression d'avancer, alors autant se lancer!


Pourquoi je me lance?

Depuis toujours je cherche une certaine liberté dans ma façon de travailler. Adolescente, j'ai toujours rendu mes devoirs à la dernière minute, essayer de sortir de la consigne, de mettre ma patte quitte à déplaire aux profs, aux autres, je m'en fichais complètement. Le plus important était d'être alignée avec moi-même.

Le monde du travail m'a rendu timorée:

- J'ai créé des montagnes de peur: arriver en retard, faire une erreur, dire non, déplaire,...

- L'avis de mes collègues et/ou de mes supérieurs hiérarchiques étaient supérieurs au mien; j'ai arrêté d'écouter la voix de mon intuition.

- Mon travail comparé à celui de mes collègues, je me dépréciais sans cesse.


Conseillère en insertion professionnelle durant deux ans, j'entends régulièrement des constats de personnes qui se sentent perdues et ne savent plus leur valeur ni même qui elles sont à force de ne plus s'écouter. La performance, les techniques de management, le besoin de nous faire entrer dans un cadre semblent pousser à nous éteindre.



Aujourd'hui, j'ai envie de rallumer ma lumière.


Je ne sais pas si la création est une étape ou si je poursuivrais toute ma vie dans cette voie mais je ne crois pas que cela soit le plus important.


Le plus important me semble-t-il, est ce que je vais apprendre en empruntant ce chemin.

Etre entrepreneur, c'est choisir de croire en son projet.

Etre entrepreneur, c'est choisir de croire en soi en tant que porteur du projet.

Etre entrepreneur, c'est choisir que la seule personne qui te laisse faire ou qui t'empêche c'est toi-même.


Je vais quand même finir sur cette citation de Nelson Mandela:


" Que tes choix reflètent tes espoirs et non tes peurs."

Et vous:

-Avez-vous peur de vous lancer?

-Avez-vous eu un déclic ou avez-vous toujours su que c'est ce que vous vouliez faire ?

  • Facebook
  • Instagram
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now